Journal du Bâtiment – René Chevalier maintient le cap

Article paru dans le Journal du Bâtiment et des TP du jeudi 04 octobre – mercredi 10 octobre (page 19)

Suite à l’échec de son recours, René Chevalier ne souhaite plus être affilié à la Fédération Française du Bâtiment. Il choisit néanmoins de poursuivre l’action d’un syndicat professionnel indépendant, dont il revendique le leadership départemental.

Pas loin d’un an après son exclusion de la Fédération BTP Savoie par la Fédération Française du Bâtiment, René Chevalier ne désarme pas. Il souligne d’ailleurs que, si le nouveau jugement du TGI de Paris en juillet dernier ne lui a pas donné raison suite au recours qu’il avait fait, « il n’a pas dit que l’on n’était pas un syndicat professionnel, ni que mon élection était illégale ».

D’où sa décision, approuvée par son CA, de ne plus revendiquer l’affiliation à la FFB. Avec, certes, pour conséquence de ne pas avoir le droit de participer aux négociations sur le plan national pour les accords de branches, mais « notre avis pesait très peu ».

En outre, « si un accord est positif, on pourra l’appliquer de suite, tandis que s’il est négatif, on pourra bénéficier d’un délai de 6 six mois pour l’appliquer ».

Il souligne au passage que le BTP Savoie, aujourd’hui devenu « un syndicat libre et indépendant », a déjà montré sa capacité à obtenir des avancées, comme la convention collective pour les installateurs de remontées mécaniques.

A ses yeux, sa disgrâce est due entre autres au « désaccord profond » qu’il entretient avec la FFB sur la question des travailleurs détachés (importante pour l’activité saisonnière en Savoie), ou encore à propos de l’association ADEF, permettant le rachat de dettes d’entreprises suite à d’importants impayés, sur laquelle « l’Isère souhaitait faire une OPA » au détriment de la Savoie et des Hautes-Alpes qui en font partie.

Finalement, un accord avait été signé en juin 2017 et, quoiqu’il en soit, il n’y a pas d’obligation d’adhérer à la FFB pour être toujours dans l’ADEF.

C’est le cas également pour les labels, tel que Qualibat, ouverts à toutes les entreprises.

René Chevalier se veut donc rassurant pour ses adhérents, au nombre de 195, lui qui revendique le leadership du département. Il précise que 17 départs ont été enregistrés, alors que même une vingtaine de nouveaux ont intégré le syndicat.
Bruno Fournier